code BIENVENUE : -6€ dès 49€ d'achat (1er achat) | code MIAM : -50% sur la 2ème Friandise

RACE DE CHAT SACRE DE BIRMANIE

Historique de la race Sacré de Birmanie ou Birman


Dérobé dans le temple de Lao Tsun, en Birmanie, le premier couple de ces chats aurait été apporté en France sur le yacht d’un milliardaire américain en 1920. Le mâle mourut pendant la traversée, mais la femelle Sita, qui heureusement avait été couverte, mit au monde une portée de chatons dont la femelle Seal point Poupée de Maldapour (premier affixe de Birman répertorié) fut présentée en 1926 à l’exposition de Paris organisée par le Cat Club de France et de Belgique et dont elle était la vedette. Malgré toutes les recherches, aussi bien en Birmanie qu’auprès des premiers éleveurs français, il est impossible de trouver une certitude sur cette origine.

Feue Simone Poirier (chatterie de Crespières) pensait qu’étant donné que la sélection du chat Sacré de Birmanie avait été, dès le début, entourée du plus grand mystère, on pouvait faire beaucoup d’hypothèses. Par exemple, que l’éleveuse ou les éleveurs sont partis d’un hybride, un Siamois ganté de blanc, croisé avec une chatte à poil long, ou d’une hybride Siamoise angora accouplée avec un chat qui avait des petits gants blancs.

Et ils ont gardé de leurs croisements un chaton sur dix : celui qui avait à la fois les marques siamoises, le poil long et les petits gants. On peut seulement conclure, en comparant les photos de Dieu d’Arakan, présenté avant 1930, et nos chats actuels, qu’il s’agit d’une véritable race originale, puisque depuis plus de 70 ans, les générations qui se sont succédées ont présenté les même caractères distinctifs. Pourtant après la dernière guerre, il ne restait qu’un couple Orloff et Xena de Kaaba dont descendent, ainsi qu’en témoignent les Livres d’Origines de la Fédération Féline Française, tous les chats de cette race existant actuellement dans le monde.

Caractéristiques
Taille : moyenne, à grande
Poids : entre 4 et 6 kilos
Corps : taille moyenne. Il a un corps massif et moyennement long et une ossature lourde. Une ossature trop fine entraîne des pénalités. Son dos est droit et régulier, ses pattes sont de taille moyenne, bien musclées et leur ossature, comme pour le reste du corps, est forte. Elles doivent cependant rester proportionnelles au corps
Poil : mi-long (poils courts sur sa face, alors qu’ils s’allongent davantage sur son flanc et sa collerette)
Robe : toutes les couleurs sont reconnues pour le Sacré de Birmanie. Les motifs, eux, sont plus restreints : solide et blanc, tabby et blanc, silver/smoke et blanc
Entretien du poil : sa robe mi-longue présente peu de sous-poil et a rarement tendance à s’emmêler, il suffit de bien brosser son sacré de Birmanie, une à deux fois par semaine
Tête : plutôt large et triangulaire, même si elle est également arrondie avec un nez plutôt court
Yeux : grands, presque ronds, uniquement de couleur bleue
Oreilles : assez standards, moyennes et bien placées sur le crâne du Birman
Queue : de taille moyenne, proportionnée au corps
 
Caractère du chat Birman
Plus qu'un simple chat, le Birman est un « chat - chien » : peu farouche, il aura plaisir à partager son lieu de vie avec "ses" humains favoris, les suivant d'une pièce à l'autre, et n'hésitant pas à capter leur attention à la recherche de caresses et quand vient l'heure du dîner ! Le Birman a l'avantage d'être docile et discret, à l'inverse du Siamois qui miaule beaucoup. De caractère curieux, il aime explorer son environnement et peut se retrouver parfois bloqué dans un placard ou au sous-sol ! Mieux vaut donc savoir garder un œil sur le Birman lorsqu'il part en vadrouille dans la maison. Très affectueux, il adore être pris dans les bras et câliné par petits et grands ; il apprécie le contact des chiens, notamment pour le jeu et pour des siestes amicales.
 
Alimentation du birman
Comme le sacré de Birmanie a la chance de bénéficier d’une excellente dentition, il est tout à fait possible de le nourrir avec des croquettes, même s’il ne refusera pas de la pâtée pour chat. Il est assez sélectif mais peu gourmand, il conviendra donc de lui donner des aliments de bonne qualité.
Une alimentation saine est la meilleure prévention contre les maladies et la meilleure garantie pour une longue vie en bonne santé. Une nourriture humide de bonne qualité contenant une portion importante de viande et contenant beaucoup de protéines animales constitue la base d’une alimentation équilibrée. Des études scientifiques ont confirmé que les chats préfèrent la nourriture dont la composition ressemble à celle de la souris. La proie du chat se compose en règle générale de 50 à 60% de protéines, 20 à 30% de graisses et 3 à 8 % de glucides provenant du tractus gastro-intestinal de l’animal.
 
Santé du sacré de Birmanie
Le chat birman est généralement robuste et en bonne santé.
L’hypomyélinisation est une maladie qui ne peut être combattue que par l’exclusion des animaux malades de l’élevage, puisqu’elle est héréditaire. Ce défaut génétique survient fréquemment chez le birman. Les animaux concernés ont tendance à être sujets à des tremblements aigus et des crises de spasticité, dus à un trouble de la communication entre les cellules. Cette maladie est souvent reconnaissable à partir de la troisième semaine de vie des chatons. Les chatons malades ont une attitude spastique, manquant de coordination, ils tremblent de façon anormale et développent une tumeur. En général, les symptômes s’accompagnent d’une perte de l’ouïe ou d’une espérance de vie faible. Ces problèmes peuvent se stabiliser dans des cas exceptionnels durant la croissance et ne sont donc pas souvent pris au sérieux... Une erreur fatale !